Le tournant (1943)

La marine

La menace des sous-marins allemands s'estompe

NCSM Minotaur, croiseur de la classe 'Colony', Marine royale canadienne

Légende: NCSM Minotaur, croiseur de la classe 'Colony', Marine royale canadienne

La menace sous-marine contre le commerce diminue donc lentement. Ce qui ne signifie pas qu'elle n'existe plus. Au contraire, le schnorkel permettra aux sous-marins de rester immergé beaucoup plus longtemps qu'auparavant et la torpille acoustique dont ils seront armés causera des dommages. Ainsi, le Ste-Croix, qui travaille dans le 9e Groupe d'escorte de la Royal Navy, est coulé par deux torpilles acoustiques le 20 septembre 1943, alors qu'il accompagne un convoi. Les 81 survivants (sur 147) sont pris à bord du Itchen, un navire britannique qui, le lendemain, sombre à son tour. Un seul membre d'équipage du Ste-Croix survivra. D'autres navires disparaîtront. Le 17 mars 1945, le dragueur de mines Guysborough est coulé près d'Halifax, entraînant dans la mort 44 des 70 membres de son équipage. Le 16 avril, l'Esquimalt subit le même sort. Le 29 avril 1944, le destroyer Athabascan disparaît, avec pour résultat, 128 morts et 83 prisonniers aux mains des Allemands. Toutefois, le 8 juin 1944, les Canadiens détruisent, près des côtes européennes, deux destroyers allemands qui se sont trop éloignés de leur base.

À la fin de la guerre, le Canada possède environ 400 navires de guerre de différents tonnages, sans parler des péniches de débarquement. Nous en rencontrerons plusieurs dans d'autres rôles que ceux liés à ce que l'on a appelé la bataille de l'Atlantique, mais une fois remportée cette victoire maritime, les arrières des troupes alliées engagées en Afrique du Nord et en Europe étaient assurés : 2 024 hommes et une femme (qui était à bord du traversier Caribou lorsqu'il a été coulé) ont donné leur vie dans la marine.

Le Canada joue aussi un grand rôle dans le commerce maritime même. Ainsi, on estime que le pays a fourni 15 000 hommes à la marine marchande alliée soit sur des navires canadiens, soit sur des navires battant d'autres pavillons : 1 465 sont morts (incluant 295 Terre-Neuviens, qui n'étaient pas canadiens à l'époque). Près de 1 250 de ces morts sont le fait de la bataille de l'Atlantique. D'autre part, le Canada a été très actif du côté de la construction navale. En 1943, à son sommet du temps de guerre, cette industrie employait 107 900 personnes.

L'effort naval militaire canadien reposera en grande partie sur les volontaires fournis par la Réserve volontaire de la Marine royale du Canada, créée dans les années 1920, spécifiquement pour que tous les Canadiens s'intéressant à la marine, d'un océan à l'autre, puissent s'y joindre. La Marine s'était ainsi donné un lobby important qui avait joué un rôle dans sa survie et sa remontée des années 1930.