Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Sujet > Politiques et société > Conscience sociale et activisme

Date > 1800 > 1830-1839

Polarisation politique

Type: Document

Pendant les années 1820 et 1830, la politique dans le Haut-Canada et le Bas-Canada se radicalise et se polarise. Les appels en faveur d'une réforme politique sont rejetés par les autorités, et les extrémistes conservateurs et réformistes des deux colonies deviennent de plus en plus impatients et intolérants.

Site: Défense Nationale

Craintes de soulèvements des patriotes

Type: Document

Le calme relatif qui règne dans le Haut-Canada et le Bas-Canada en 1838 n'est qu'une illusion. En effet, les sociétés secrètes de patriotes ourdissent une révolte qui sera soutenue par une force d'invasion des Patriot Hunters réfugiés aux É.-U. En novembre, les envahisseurs s'emparent de Napierville, et les patriotes, de Beauharnois près de Montréal.

Site: Défense Nationale

Les radicaux de Mackenzie dispersés par la milice loyaliste

Type: Document

À la fin de 1837, le chef radical haut-canadien William Lyon Mackenzie tente de renverser le gouvernement et de déclarer la république. Sa tentative, au début de décembre, de prendre la capitale (Toronto) fait long feu, et ses partisans sont dispersés par une intervention rapide de la milice loyaliste.

Site: Défense Nationale

Sanctions contre les loyalistes volontaires

Type: Document

Lorsque éclate la rébellion dans la région de Montréal, en novembre 1837, le gouverneur général, le comte de Gosford, autorise les volontaires de la Milice à appuyer les troupes régulières britanniques. Ces compagnies se composent principalement de conservateurs anglophones impatients d'en découdre avec les patriotes, leurs rivaux politiques.

Site: Défense Nationale

La démobilisation de la milice canadienne-française

Type: Document

Devant les réformes de la Milice entreprises par Dalhousie pendant les années 1820, la population francophone du Bas-Canada se sent rejetée et abandonne l'institution. Bien qu'elle continue d'exister en théorie, la milice sédentaire cesse d'être une force militaire réelle.

Site: Défense Nationale

L'art de la guerre dans le Nord-Ouest américain

Type: Document

Sur la côte Pacifique nord-ouest, le canoë, qui peut atteindre 20 m de long, occupe une place importante. Des flottilles de canoës attaquent les villages ennemis afin d'y faire des prisonniers qui deviendront des esclaves. On trouve des forts côtiers de rondins de cèdre qui servent à régir et à taxer le commerce maritime.

Site: Défense Nationale

Des bandes armées

Type: Document

Pendant les années 1830, les factions politiques adverses du Bas-Canada forment des groupes paramilitaires semi clandestins. Les patriotes réformistes créent les Fils de la Liberté, tandis que les conservateurs se joignent au Doric Club. Prise entre deux feux, la garnison britannique se prépare à des troubles.

Site: Défense Nationale

Changements sociaux

Type: Document

La nouvelle approche britannique en matière de défense des colonies entraîne de grands changements sociaux au Canada, vers la fin du 18e siècle. Sans armée coloniale professionnelle dans laquelle s'enrôler, l'élite de la société canadienne perd beaucoup de son influence et de ses revenus. Les soldats britanniques, quant à eux, ne s'enracinent pas dans la colonie.

Site: Défense Nationale

Flambée de violence

Type: Document

À Montréal, le 6 novembre 1837, l'attaque menée par les royalistes du Doric Club contre les Fils de la Liberté réformistes déclenche un soulèvement général des forces des patriotes autour de la ville. Les troupes britanniques appelées à réprimer une émeute assistent au début de la rébellion du Bas-Canada.

Site: Défense Nationale

Le patriotisme du Haut-Canada

Type: Document

La rébellion de 1838 dans le Haut-Canada entraîne une mobilisation massive de la Milice. Plus de 20 000 hommes prennent les armes pour soutenir les troupes britanniques de la colonie. Quelques années plus tard, la population se souviendra davantage des rébellions pour cette flambée de patriotisme que pour les quelques pertes qu'elles ont occasionnées.

Site: Défense Nationale